West web Valley. Et les lauréats sont…

 Vu sur 7 jours à Brest : http://www.septjoursabrest.fr/2013/03/20/west-web-valley-et-les-laureats-sont/
Ils étaient 16 au départ à vouloir entrer à la West Web Valley. 16 porteurs de projets prêts à tout ou presque pour intégrer cette sorte de start-up academy lancée fin 2012 par la société brestoise Evernet. Cinq dossiers ont été retenus pour la grande finale. De la pub géolocalisée, du site de rencontre ou d’avis de consommateurs, un réseau social inter-entreprises et un serious game destiné aux étudiants en médecine… Deux projets ont finalement été retenus par le jury. On vous les présente ci-dessou

 

LES LAUREATS

Pub géolocalisée. Alexandre, Mathieu et Olivier veulent révolutionner l’information commerciale. Ils ont déjà développé l’essentiel de leur nouvelle application de publicité géolocalisée baptisée « Locowl ». « On a compilé plusieurs idées simples et rendu l’application la plus attrayante possible », nous explique Alexandre. Les commerçants pourront y publier leurs informations et tous les mobinautes inscrits recevront une notification dès qu’ils entreront dans le périmètre de la boutique. « Brest sera notre laboratoire, explique Alexandre. C’est une ville parfaite, ni trop grande ni trop petite ». Le modèle ne fonctionne que si beaucoup de consommateurs téléchargent l’application. Locowl aurait trouvé la méthode pour les inciter à l’utiliser. Alors ? « Trop tôt pour le dire. On ne veut pas se faire piquer l’idée ».

 

Speed dating virtuel. Jean-Philippe Lecomte, 23 ans, carbure à deux idées par jour depuis ses 13 ans. Certaines lui restent en tête « car elles sont bonnes », espère-t-il. La dernière en date : un site de rencontre assez original. Contrairement aux leaders de ce marché porteur que le jeune homme compare à « des grands magasins », son concept qui n’a toujours pas de nom officiel remet l’humain au coeur du jeu. « Vous êtes en relation avec une seule personne pendant une durée de 24 h », explique-t-il. Un « mariage » virtuel à durée déterminée que vous pourrez ou non prolonger d’une journée si le courant passe. Afin d’aider les moins inspirés à communiquer, Jean-Philippe a élaboré un système ludique : des questions pré-établies que vous pourrez poser à votre interlocuteur qui gagnera des points et des grades s’il y répond. « Vous n’aurez plus aucune excuse pour ne pas vous parler », s’amuse-t-il.

 

 

LES AUTRES FINALISTES

Faites appel à vos amis. Matthieu et Jonathan sont partis d’un constat : « Les avis sur les hôtels, les restaurants ou les produits sur internet ne sont pas fiables ». Trop souvent faussés par des agences spécialisées. « Par contre, 95 % des gens font confiance aux conseils de leurs amis », affirment les deux étudiants. D’où l’idée de créer Suggeous, appli mobile géolocalisée qui concentre les conseils et les centres d’intérêts de vos proches. Exemple ? « En entrant dans un magasin multimédia vous verrez quel appareil photo a choisi votre ami et vous recevrez des bons de réduction personnalisés selon vos centres d’intérêt ». Leur application proposerait des suggestions de shopping, de rencontre et aussi une boutique en ligne.

 

Un réseau inter-entreprises. Profil atypique au sein des finalistes de la West Web Valley. Valérie Mirrione ne sort pas tout juste de l’université. Elle a déjà une belle carrière de DRH dans « de grands groupes » et puise justement son idée de cette expérience professionnelle. Elle veut créer un réseau social inter-entreprises baptisé Wemee. « C’est le contraire d’un intranet pour lequel certaines société dépensent énormément et font un peu trop big brother is watching you ». Son outil permettrait aux salariés d’entreprises différentes de discuter entre eux, de partager leurs compétences. Avec un côté ludique et pédagogique. En adhérant, « l’entreprise montrerait qu’elle a des talents et qu’elle sait les garder au lieu de faire en sorte de les cacher par crainte de les perdre ».

 

Un jeu pour bosser sa médecine. Des cinq finalistes, David Geffroy reconnaît avoir le projet le moins abouti. Et pour cause, « je ne suis pas prêt à me lancer, raconte l’étudiant de l’école de commerce de Brest. J’ai juste une idée et un ami développeur prêt à m’aider ». Mais ça vaut le coup d’en parler. David Geffroy veut créer un serious game, « un logiciel qui combine une intention sérieuse avec des moyens ludiques ». L’intention sérieuse ? « Faire bosser les étudiants en médecine », reprend David. Et le moyen ludique ? « Un jeu en ligne qui les interroge sur leurs cours et les met au défi avec des étudiants de toute la France ». Le projet n’a pas encore de nom, ni de business plan. Mais David Geffroy n’est pas pressé. Il veut d’abord finir ses études.

– See more at: http://www.septjoursabrest.fr/2013/03/20/west-web-valley-et-les-laureats-sont/#sthash.X2fkWVdk.dpuf

  • left-accelerateur

    Accélérateur privé
    de startups d'ambition
    internationale

     

    En savoir +

  • right-fond

    Fonds
    d'investissement
    dédié à l'amorçage

     

    En savoir +